G&V Energy Group et Rolande ouvrent une deuxième station-service GNL à Habay

La société belge G&V Energy Group et la société Rolande, leader du marché du GNL aux Pays-Bas, inaugurent aujourd’hui une nouvelle station-service GNL à Habay dans les Ardennes. Après l’ouverture de la station GNL à Anvers au mois d’août, il s’agit de la deuxième étape de développement d’un réseau GNL couvrant l’ensemble de la Belgique dans un futur proche.

« Le GNL rend le transport plus durable et plus rentable », explique Jolon van der Schuit, CEO de Rolande. « Grâce à notre expansion en Belgique, nous rendons le GNL accessible à un plus grand nombre d’entrepreneurs du secteur des transports, et ce nouveau site va grandement contribuer à l’utilisation du GNL pour les transports sur une longue distance. Par ailleurs, un troisième site belge sera inauguré en 2021 pour poursuivre l’extension du réseau. »

La nouvelle station en libre-service accessible 24/7 est implantée au 3 Route des Coeuvins à Habay La Vieille. Elle dispose de deux pompes à gaz naturel liquéfié (GNL). La capacité s’élève à 150 véhicules par jour, ce qui garantit un plein rapide sans longs délais d’attente. La station proposait déjà du diesel depuis la fin de l’année dernière. Dès aujourd’hui, on peut également s’y ravitailler en GNL.

Situation stratégique

« Avec l’ouverture de la station GNL à Habay, nous répondons immédiatement à la demande d’entreprises locales et de partenaires stratégiques qui utilisent déjà une vingtaine de camions GNL », ajoute Xavier Dewulf, CEO de G&V Energy Group. « Compte tenu de la situation stratégique de Habay sur l’axe routier qui relie l’Allemagne à la France et canalise le trafic depuis les Pays-Bas et la Wallonie vers le sud, on enregistre un grand intérêt pour ce site, tant au niveau régional qu’au niveau international. Nous sommes fiers d’ouvrir la première station GNL de la province de Luxembourg. »

BIOLNG4EU

Cette nouvelle station dans le sud de la Belgique fait partie du projet BIOLNG4EU de l’UE, tout comme la station d’Anvers ouverte en août dernier. Le programme Connecting Europe Facility (CEF) finance 50 % de ces frais, ce qui encourage la poursuite du déploiement du (bio-)GNL pour les transports routiers. Van der Schuit : « Il s’agit d’une étape importante dans le développement d’un réseau GNL couvrant l’ensemble de l’Europe, un élément crucial pour promouvoir davantage le (bio-)GNL en tant que carburant. »

Bio-GNL

Depuis 2011, les camions peuvent rouler au GNL. La prochaine étape dans le développement d’un carburant plus durable pour les transports est le bio-GNL, un carburant entièrement biologique produit à partir de flux de déchets certifiés et organiques, comme les déchets ménagers, le fumier, les alluvions ou les déchets agricoles. Le GNL a déjà permis une réduction des émissions de CO2 de pas moins de 17 % par rapport au diesel. L’utilisation du bio-GNL pour le transport routier par poids lourds permettra de réduire jusqu’à 99,8 % les émissions de CO2 par rapport au diesel.